A- A A+
lundi 18 novembre 2019

logo cfqlmc

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Colloque Jean Nicollet et les explorateurs de l'Amérique du Nord, Samedi 2 novembre 2019 à l'Université Laval, Québec

Exposition Louis Hébert et Marie Rollet présentée à la Faculté de pharmacie de l'Université de Lille, jusqu'à l'automne 2019

memoires vives

Québec dans la ville - « …c’est notre histoire d’amitié
avec le Québec qui est sans fin.
Ici aussi, on se souvient... »

 

par Marie Page
Chargée de mission pour « Québec dans la Ville »

 

Place du Québec - plaque
Crédit photo: Michèle Marcadier

Le 400e anniversaire de la fondation de la ville de Québec a représenté une occasion en or pour adresser un signe de fraternité à nos amis québécois.

 

De nombreuses manifestations se sont déroulées en France sous l’égide du comité présidé par Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre. Pour le Carrefour des Acteurs Sociaux et Joël Broquet, son président, il semblait important de s’associer à ces festivités et d’inciter les villes françaises à se mobiliser pour fêter la première ville à voir le jour sur le territoire de la Nouvelle-France.

 

Il était nécessaire d’une part, d’adresser un témoignage d’amitié aux habitants du Québec, de se faire pardonner l’abandon de la France à la suite du désastreux traité de Paris de 1763. D’autre part, il fallait sensibiliser les Français à notre histoire dans cette partie de l’Amérique. L’histoire du Canada, c’est aussi notre histoire.

 

C’est ainsi qu’est né le comité Québec dans la Ville dont l’objectif est d’inciter le maximum de communes françaises à donner le nom de Québec à un espace public : voie, place, bibliothèque, crèche…

 

Dès le début, cette initiative a été encouragée par madame Monique Gagnon-Tremblay, ministre des Relations internationales du Québec et par le président de l’Association des Maires de France. Un comité de parrainage prestigieux soutient cette démarche. Parmi ses membres citons : Alain Decaux, Max Gallo, Yves Lacoste, Jean d’Ormesson, Denise Bombardier, Fabienne Thibault et le Prince Jean d’Orléans.

 

18 000 courriels ont été adressés aux secrétariats des mairies. Les marques d’intérêts ont été nombreuses. Elles sont venues de toute la France métropolitaine mais aussi de Nouméa, du Luxembourg et même du Sénégal.

 

Les réponses obtenues peuvent être divisées en trois catégories.

  • Dans la première figurent de nombreuses villes de la Bretagne et de l’Ouest qui nous ont précédés et qui possèdent déjà une rue du Québec. Par exemple : Quimper, La Rochelle, Angoulême, la ville de Montréal dans l’Aude qui a une « promenade du Québec ».

  • La deuxième catégorie est constituée de toutes les villes qui avaient déjà pris l’initiative d’organiser des festivités : Ingersheim, Auchel, Cambrai…

  • Enfin, la troisième catégorie est celle des villes prêtes à baptiser un espace public du nom de Québec. Ainsi, Sallaumines nous a informés que le bureau du Conseil municipal a dénommé la salle d’exposition de la Maison de l’Art et de la Communication « Québec ».

 

Le député-maire du Touquet nous a avisés qu’une initiative serait prise pour dénommer soit un rond-point, soit une avenue dans le prolongement de l’Avenue des Canadiens « Rond Point du Québec » ou Avenue du Québec.

 

La ville de Sens envisagerait d’attribuer le nom de Québec à un complexe sportif.

 

Monsieur Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille, a tenu, lui aussi, à rendre hommage à la première ville française d’Amérique. Le projet est à l’ordre du jour de la prochaine commission des noms de rues.

 

Martine Aubry s’est engagée à proposer à la commission des noms de rues de prendre en compte notre proposition. La Ville de Lille a effectivement lancé un Grand Projet Urbain. Madame Aubry nous signale qu’une des salles les plus importantes du « Nouveau Siècle », équipement du Conseil régional à rayonnement international, porte déjà le nom de Québec.

 

La commune de La Bonneville-sur-Iton a baptisé du nom de Québec un important rond-point. L’inauguration s’est déroulée le 30 juin 2009 en présence de Fabienne Thibeault.

 

Dernièrement, Abbeville, par une délibération du 21 décembre 2009, a décidé d’attribuer le nom de Québec à une rue.

 

D’autres villes sont intéressées, mais elles n’ont aucun espace public à baptiser à court terme.

 

Bien entendu, nous poursuivons notre mission. Le nombre de communes en France est tel que nous aurons de quoi nous occuper pendant plusieurs années. Mais surtout, c’est notre histoire d’amitié avec le Québec qui est sans fin. Ici aussi, on se souvient.

champlain vague