A- A A+
lundi 18 octobre 2021

Commission de la mémoire franco-québécoise

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Les soldats de Napoléon 1er décorés de la médaille de Saint-Hélène au Canada

Le parlementarisme féminin en France et au Québec: où en sommes-nous?

memoires vives

CFQLMC Logo
 

Pour servir à l’histoire du Québec contemporain, à l’occasion
du 400eme anniversaire de la fondation de sa capitale

COURS SUR LES DEBUTS de L’AMERIQUE FRANCAISE
ou Nouvelle-France(1603-1642)

 

Le Responsable du cours B. EMONT
Président du GRECA, groupe de recherche associé à Paris IV-Sorbonne
Professeur associé de l’Université Laval


Introduction : on fêtera en 2008 le quadricentenaire de Québec, c’est-à-dire des débuts de
l’Amérique française. Sous le vocable de Nouvelle-France, celle-ci durera pendant cent cinquante ans , couvrant les trois quarts de l’Amérique du Nord, de l’estuaire du Saint-Laurent à celui du Mississipi . Cédée à l’Angleterre, dans sa partie canadienne, puis à l’Espagne, et finalement aux États-Unis, dans sa partie louisianaise, elle fut le cadre d’une intéressante civilisation. Elle est à l’origine du Québec actuel et des îlots de francophones au nord du continent. C’est à cerner les traits de ce siècle et demi d’histoire, marqué par une forte présence française en Amérique, que s’emploiera ce cours, en faisant se croiser les regards de plusieurs disciplines : histoire, études sociologiques, littéraires, linguistiques, etc., et en faisant appel, pour cela, à plusieurs spécialistes. Il s’efforcera aussi, pour permettre l’exploration ultérieure d’un sujet peu traité, d’identifier des sources documentaires et bibliographiques accessibles, ainsi que les pistes permettant de reconstruire une mémoire quelque peu occultée.

I-Mythes et rêves fondateurs des Amériques française et européennes (imaginaire comparé) :

1/Typologie des principaux groupes de mythes : 1. mythes religieux : archéomythes paradisiaques, adamiques ; déluge, exode, Terre promise, mythes messianiques et millénaristes, ésotériques ; mythes providentiels …
2. mythes historiques archéo-mythes de type moral ou eudaimonique : âges d’or ;
--simplifications et idéalisations de type ethnique (Bon gaulois, Bon sauvage, humanisme gréco-latin, Arcadiens…) ;
--mythes de type fabuleux et térato-mythes ;
--mythes ploutoïdiens et topo-ploutoïdiens ;
-- mythes de type socio-progressiste, proto-actifs, etc.

Fonctionnement de ces types de mythes.

Regards anthropologiques différenciés sur le recours aux divers mythes : comparaison entre la « grille »mythique présente dans les premiers écrits de la découverte du Brésil, chez Gonneville(français) et Pedro de Caminha (portugais).

2/ Environnement mythique des fondateurs de la Nouvelle-France (Quivira, Cipango, Royaume du Saguenay, Norembègue, Arcadie…) et mythes proprement fondateurs.
Comparaison entre trois auteurs d’écrits : Champlain, Biard, Lescarbot.


II-Notions d’histoire de l’Amérique française :

1/Le temps des comptoirs :

Port Royal et l’Acadie péninsulaire (1603…) ;
Québec, sous Champlain et Montmagny (1608-1642) ;
La croix et le castor : la fondation de Ville-Marie ou Montréal (1642…) ;
Les dangers de l’Iroquoisie.

2/Une Colonie royale (1661-1763) :

--le temps de la pacification et des grandes explorations :
l’intendance de jean Talon, et les deux gouvernorats de Frontenac, jusqu’à la grande paix de Montréal, en 1701 ;
--les premières guerres coloniales avec les colonies anglaises, jusqu’au traité d’Utrecht (1713) ;
--la paix armée, ou le temps des fortifications (1713-1753) ;
--la guerre de sept ans, la prise de Québec et la fin de l’empire français d’Amérique (1753-1760).

3/La fondation de la Louisiane (à partir de 1700)


III- La civilisation de la Nouvelle-France, à la source de la civilisation canadienne contemporaine :

1/Un produit maritime : la Civilisation canadienne-française est fille de l’ouest français et des grands ports de l’aventure lointaine : Dieppe, Honfleur, Rouen, St Malo, La Rochelle, Bordeaux, Bayonne et St Jean de Luz ; rôle de la navigation en bateaux et en canots ;

2/l’adaptation à l’hiver : une civilisation française du nord ; rôle dans les transports (raquettes, traîneau, traînes, flottage du bois), dans la construction des bâtiments, des chemins, du réseau postal, etc. Effets sur la fabrication des vêtements, sur la nourriture, sur les activités agricoles ou autres ;

3/l’adaptation à l’espace : pionniers et défricheurs ; coureurs des bois et traite des fourrures ; influence de la vie indienne et de la « politique indienne » sur la vie et la mentalité canadiennes- françaises ; L’exploration d’un continent nouveau : le voyage, la cartographie et la conquête de l’ouest et du nord-ouest, côté canadien et américain ;

4/Une société moins inégalitaire : des seigneurs éloignés et bons-enfants ; l’habitude de l’autonomie, et le tempérament indépendant ; les tensions pré-révolutionnaires;

5/ la vie intellectuelle en Nouvelle- France :
--un réseau d’établissements d’enseignement précoce (1er collège, 2 ans avant Harvard) ;
--place de la lecture et de l’écrit ;
--place du théâtre et des arts visuels ;
--un pôle avancé de la recherche scientifique , au XVIIIeme siècle.


Conclusion : Les traits permanents d’une civilisation durable , en dépit d’un échec politique et les divers métissages qui la constituent : métissage physique entre Européens et Indiens ; métissage entre pensée française et milieu nord-américain. L’influence politique décisive qu’ont eu les Canadiens français sur la géopolitique de l’Amérique du Nord et sur la création d’un Canada indépendant : lors des diverses tentatives de récupération du Canada par les Américains, au début du XIXeme siècle, et, plus tard, lors de la fondation de la Confédération canadienne ; aujourd’hui encore dans la recherche d’un équilibre interne (niveau fédéral, provincial…) ou externe (relations avec les États-Unis).

champlain vague