A- A A+
lundi 18 octobre 2021

Commission de la mémoire franco-québécoise

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Les soldats de Napoléon 1er décorés de la médaille de Saint-Hélène au Canada

Le parlementarisme féminin en France et au Québec: où en sommes-nous?

memoires vives

Un numéro tout à fait spécial de la Revue française de généalogie
à garder à portée de la main

 

par Gilles Durand


À l’occasion du 400e anniversaire de la fondation de la ville de Québec par Samuel de Champlain, La Revue française de généalogie vient de lancer un numéro spécial Nos cousins d’Amérique. Le rédacteur en chef, Charles Hervis, et le coordonnateur de ce numéro, Pierre-Gabriel Gonzalez, tentent par cette livraison de répondre aux besoins de tous leurs compatriotes français qui comptent des ancêtres partis pour l’Amérique et qui s’interrogent sur le « comment retracer leurs cousins ». La tâche à accomplir était lourde : 400 ans d’histoire, des communautés dispersées sur tout le continent nord-américain, des liens conservés en permanence de part et d’autre de l’Atlantique que l’histoire n’a jamais pu briser, des peuplades autochtones ayant leurs propres racines, une documentation diversifiée et abondante. Pour relever le défi, la revue a eu recours à des collaborateurs bien engagés dans leur milieu : historiens spécialistes, généalogistes experts, conservateurs de musée et archivistes chevronnés.

Nulle surprise que la revue mette d’abord en contexte les lignées bâties – et à bâtir -- par les généalogistes, à partir des relectures les plus récentes du passé : les grandes figures reliées aux premières découvertes et aux explorations -- sujets souvent abordés, mais loin d’être épuisés --, l’administration et la défense de la colonie, les activités économiques, la vie de tous les jours dans la vallée du Saint-Laurent -- alimentation, logement, vêtement, déplacement, etc. --, la formation et la dispersion des communautés sur le continent nord-américain. Une des grandes qualités des articles publiés sur ces sujets, c’est d’aller à l’essentiel tout en suscitant l’intérêt du lecteur pour épuiser lui-même la matière, par exemple par la visite d’un musée, par la lecture du plus récent ouvrage sur le sujet ou encore en naviguant sur Internet vers des sites d’un grand intérêt. Autant d’occasions pour les généalogistes de découvrir peut-être un côté caché de l’histoire de leur famille qu’ils ignorent.

Rares sont les chercheurs qui, une fois leur lignée retracée, ne sentent pas le besoin de les bonifier par la mise à jour de leurs connaissances sur les découvertes les plus récentes dans le monde de la généalogie. Ceux-ci trouveront amplement matière à se ressourcer dans le présent numéro – et c’est là une autre de ses grandes qualités. Des experts et habitués de la généalogie font le point sur les sites Web, les grandes bases de données et les outils de recherche accessibles sur Internet. Tout ne peut être numérisé bien évidemment. Pour l’information originale qui ne l’est pas encore, la revue prend soin de pointer les centres d’archives et les musées susceptibles d’ouvrir de nouvelles perspectives. Quant aux chercheurs qui auraient encore besoin d’aide, ils trouveront dans ce numéro les coordonnées d’associations capables d’encadrer leurs travaux et de favoriser le partage des connaissances avec des personnes engagées dans des recherches similaires.

Le numéro spécial de La Revue française de généalogie, auquel des membres et proches collaborateurs de la Commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs ont apporté leur contribution, constitue un outil de recherche à conserver à portée de la main, pour qui veut avoir facilement accessible l’information la plus récente sur les cousins d’Amérique et sur leur vécu. C’est une publication d’une grande utilité tant pour les généalogistes français que québécois. Rendez-vous à l’adresse www.rfgenealogie.com pour découvrir le site Internet de la revue.

champlain vague