A- A A+
jeudi 28 octobre 2021

Commission de la mémoire franco-québécoise

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Les soldats de Napoléon 1er décorés de la médaille de Saint-Hélène au Canada

Le parlementarisme féminin en France et au Québec: où en sommes-nous?

memoires vives

Les Carnets du patrimoine : des coups de projecteur
sur notre héritage et sur nos lieux de mémoire

 

Gilles Durand

 

La collection Les Carnets du patrimoine

La collection Les Carnets du patrimoine est une heureuse initiative du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine (MCCCF) du gouvernement du Québec. Elle est destinée à faire connaître les monuments, les biens et les sites d’intérêt patrimonial pour les Québécois : par exemple, l’Habitation-Samuel-De Champlain, le site et l’ensemble conventuel des Augustines de l’Hôtel-Dieu de Québec, le site des Récollets-de-Trois-Rivières, le manoir de la Baronnie-de-Portneuf, le site du Fort-Senneville, les fonds d’archives et les collections d’objets et d’imprimés des Augustines de l’Hôtel-Dieu de Québec. Les trésors, présentés dans Les Carnets, découlent de l’enrichissement sur le territoire québécois de l’héritage apporté de France par nos ancêtres ou bien encore de l’engagement des communautés qui se sont enracinées au Québec; constituant des témoignages forts de ce que sont le Québec et les Québécois, ils ont fait l’objet d’une reconnaissance officielle et publique par le gouvernement du Québec en vertu de la Loi sur les biens culturels. Au nombre de 25 à l’heure actuelle, Les Carnets sont mis à la disposition du public lors de manifestations et d’activités locales, régionales, nationales et internationales. L’ensemble de la collection est accessible sur le site Web du MCCCF

 

Les Carnets face au Répertoire du patrimoine culturel du Québec

Les Carnets ont pour but d’attirer l’attention sur les décisions les plus récentes du MCCCF en matière de protection juridique – reconnaissance, classement – du patrimoine québécois. Tout bien, bâtiment, objet muséologique, pièce d’archives, publication, auquel un statut a été attribué en vertu de la Loi sur les biens culturels, est inscrit au Répertoire du patrimoine culturel du Québec – aussi appelé registre des biens culturels. À la différence des Carnets, le Répertoire couvre l’ensemble de tels (pareils) biens. Il constitue une banque informatisée de plus de 19 000 entrées, décrivant les biens protégés juridiquement, exposant au passage le processus de patrimonialisation dont ils ont été l’objet et renfermant les motifs de l’attribution d’un statut. L’interrogation de la banque mène le lecteur vers les caractéristiques du bien recherché, sa localisation, sa date de création, au besoin la physionomie qu’il a prise à travers le temps, les personnages importants qui y sont liés, de même que de nombreuses illustrations. Grâce aux Carnets qui trouvent leur fondement dans le Répertoire informatisé, l’attention du lecteur est orientée plus facilement vers les éléments phares de notre patrimoine.

 

La collection Les Carnets en regard de l’Encyclopédie et de l’Inventaire

Présentant les biens culturels protégés et le processus de mise en patrimoine que les communautés gardiennes leur ont fait subir au fil du temps en fonction de leur vision et de leurs préoccupations, Les Carnets servent aussi d’appui et de complément à deux projets majeurs en cours de réalisation auxquels la Commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs est associée depuis le tournant des années 2000 : l’Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française http://www.ameriquefrancaise.org/index.php/Accueil et l’Inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France http://www.memoirenf.cieq.ulaval.ca/Quebec/index.html. L’Encyclopédie, une publication en ligne dont le support papier est prévu à terme, s’enrichit régulièrement de descriptions des éléments des patrimoines naturel, matériel et immatériel qui caractérisent l’Amérique française – un territoire plus large que le Québec bien évidemment –; elle est sous la responsabilité d’une équipe qui porte une attention particulière aux aspects moins étudiés du patrimoine francophone, les rites, les fêtes, les festivals, les savoir-faire, la mémoire orale, la chanson, la musique et la danse. L’Inventaire, une banque de données informatisée, inventorie et fait connaître les traces – plus de 1 500 – de la présence française en Amérique du Nord et ce, des deux côtés de l’Atlantique : bâtiments, sites archéologiques, plaques, monuments, etc. ayant tous en commun de nous parler de la relation entre l’Amérique et la France. Différents index facilitent la consultation de l’Encyclopédie et de l’Inventaire. Pour ce dernier, le lecteur peut également tirer grand profit des Traces de la Nouvelle-France au Québec et en Poitou-Charentes http://www.pulaval.com/catalogue/les-traces-nouvelle-france-quebec-poitou-9145.html, une publication lancée en juin 2008; l’ouvrage présente et développe les grands thèmes sous lesquels sont regroupées les entrées de l’Inventaire.

 

Une piste additionnelle

Les Carnets sont une piste qui s’ajoute à l’Encyclopédie et aux Traces de la Nouvelle-France, pour découvrir, peut-être redécouvrir, approfondir dans deux banques de données et une publication sur le Web, c’est-à-dire le Répertoire, l’Encyclopédie et l’Inventaire, les éléments d’un héritage que nous partageons avec la France depuis plus de quatre cents ans. Par là, le patrimoine québécois est assuré non seulement d’être conservé, valorisé et d’être transmis, mais aussi de trouver preneur parmi les générations futures.

champlain vague