A- A A+
lundi 18 octobre 2021

Commission de la mémoire franco-québécoise

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Les soldats de Napoléon 1er décorés de la médaille de Saint-Hélène au Canada

Le parlementarisme féminin en France et au Québec: où en sommes-nous?

memoires vives

La France honore Marcel Masse, fondateur
de la Commission franco-québécoise
sur les lieux de mémoire communs

 

par Gilles Durand

 

Une haute distinction de la République française

Macel Masse - décoration
Crédit : Georges Poirier

Le 13 octobre 2009, Marcel Masse, le fondateur de la Commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs (CFQLMC), a reçu le titre de Commandeur, la plus haute distinction de l’Ordre français des palmes académiques. Il a été promu à ce titre par la République française sur proposition du ministre de l’Éducation nationale de France et par décret du Premier Ministre François Fillon. C’est Pierre Nora, membre de l’Académie française, grand historien et père des lieux de mémoire, qui lui a remis les insignes de Commandeur. L’Ordre a été institué en 1808 par Napoléon 1er pour honorer des personnalités qui ont contribué d’une façon marquée à l’avancement de la langue et de la culture françaises en France et dans le monde.


Un honneur bien mérité pour le fondateur de la Commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs

Marcel Masse mérite ces hautes reconnaissance et distinction à plus d’un titre : comme citoyen engagé, éducateur, ministre québécois et canadien, président d’organismes d’État, haut représentant du Québec en France, coprésident de la CFQLMC. Dans tous les gestes que le récipiendaire pose depuis le début de sa carrière et dans toutes les responsabilités qu’il assume, une même constante se dégage : le rappel et la mise en valeur de ce qui fait la richesse et la spécificité du Québec, la langue et la culture françaises. Parmi toutes les initiatives qu’il a lancées, deux projets, qui lui sont redevables pour le dynamisme dont ils font toujours montre, en témoignent éloquemment : l’inventaire des traces matérielles témoignant de la relation franco-québécoise tant au Québec qu’en France et l’Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française
Voir aussi :
http://www.assnat.qc.ca/FRA/membres/notices/m-n/MASSM.htm;
Christian Rioux, « Marcel Masse honoré à Paris », Le Devoir, 14 octobre 2009
;
Ci-dessous, un communiqué préparé par André Gaulin, président de la Section du Québec pour l’Association des membres de l’Ordre des palmes académiques (AMOPA).

 

 

La France honore Marcel Masse

 

André Gaulin
Président de la Section du Québec pour
l’Association des membres de l’Ordre des Palmes Académiques (AMOPA).

 

C’est sur proposition du Ministre de l’Éducation nationale de France et par décret du Premier Ministre François Fillon que la République française a promu M. Marcel Masse au titre de Commandeur dans l’Ordre des Palmes Académiques pour services rendus à la culture française.


Dans sa lettre l’informant de cette nomination, l’Ambassadeur de France au Canada, M. François Delattre, rappelle qu’en décernant cette très haute distinction à Marcel Masse le gouvernement français a tenu, lui écrit-il, à «vous honorer pour votre action sur la valorisation du patrimoine français au Québec. Vous avez en effet consacré une partie importante de votre temps à faire connaître ce que le Québec d’aujourd’hui doit à son passé français».


Les Palmes Académiques instituées par Napoléon 1er pour honorer les membres de l’Université remontent à 1808. Avec le temps, les modalités de leur attribution ont été étendues à des personnes non enseignantes de la République ayant rendu des services éminents à l’éducation. Les Palmes Académiques sont également accordées à des personnalités étrangères qui ont apporté une contribution exceptionnelle à l’enrichissement du patrimoine culturel et à l’expansion de la culture française dans le monde.


La cérémonie de remise des insignes de l’Ordre des Palmes Académiques à M. Marcel Masse aura lieu en octobre prochain, à Paris, aux Archives nationales de France. Elle sera présidée par M. Pierre Nora, membre de l’Académie française, grand historien des lieux de mémoire.
Septembre 2009

champlain vague