A- A A+
samedi 16 octobre 2021

Commission de la mémoire franco-québécoise

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Les soldats de Napoléon 1er décorés de la médaille de Saint-Hélène au Canada

Le parlementarisme féminin en France et au Québec: où en sommes-nous?

memoires vives

Deux grandes figures de la Petite Camargue
au service du terroir et du rapprochement franco-québécois :

Le Général Louis Joseph de Montcalm
et le Président de la République Gaston Doumergue

 

Rédaction : Patricia Carlier, Chargée de mission patrimoine du Pays Vidourle Camargue
Site du Pays : www.pays-vidourlecamargue.fr 04 34 14 80 00
421 av. Maurice Privat 30600 Vauvert
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


La Nouvelle-France, terre où se sont développées entre autres les racines du Jazz, va de l'embouchure du Saint-Laurent à celle du Mississippi. Elle occupe les deux tiers des actuels Etats-Unis, quand le Marquis de Montcalm y devient Général en chef des armées de Louis XV.

Le Général Louis-Joseph de Montcalm
Exploitant son domaine agricole à Candiac, sur l'actuelle commune de Vestric et Candiac, remarquable agronome, il a su tirer parti des richesses du terroir et consigner ses expériences dans des lettres et un journal, certaines lettres étant pour partie aux archives départementales du Gard. Ses vins, ses bois, le sel de Camargue, son huile d'olives ( il écrit encore depuis le Québec pour avoir des nouvelles de son moulin), c'est tout son terroir au milieu d'autres produits de France. Il les emporte avec lui pour alimenter son armée outre Atlantique, créant ainsi la demande dans la colonie française. La Guerre de 7 ans et la perte des territoires par la France au profit de l'Angleterre n'empêcheront pas les Québécois de continuer à s'approvisionner autant que possible, prouvant que la cuisine, marqueur culturel qui requiert le meilleur de l'homme, est plus importante que la guerre.

Les descendants de Montcalm continuent à développer notamment le vignoble et à alimenter le Québec au XIXe s.

Gaston Doumergue, Ministre et Président de la République
Gaston Doumergue, futur Président de la République, puis du Sénat, né dans le village voisin d'Aigues-Vives et fils de viticulteur, a pour ami de lycée à Nîmes Gaston Bouzanquet. Celui-ci, félibre et viticulteur, a repris le domaine viticole de Montcalm, le mas de Saint Véran à Vestric et Candiac, sur l'ancien territoire des vignes et du Bois du Marquis. Ce mas viticole existe toujours aujourd'hui ; il est actuellement en vente.

Gaston Bouzanquet qui a hérité des archives commerciales du mas et les a étudiées, parle alors à Gaston Doumergue du rôle important du Marquis et de ses descendants dans la promotion du commerce outre Atlantique notamment le vin. Au début du XXe siècle les relations franco-québécoises se sont distendues et aucun traité ne permettait de structurer efficacement le commerce, les Anglais occupant majoritairement la place.

Promis à une belle carrière politique, Gaston Doumergue alors Ministre du Commerce en 1903 rebondit sur cette opportunité pour signer le traité de commerce franco-québécois, qui court toujours aujourd'hui. Il en profite pour lancer à l'initiative de Gaston Bouzanquet la souscription nationale pour la création de la statue du Marquis à Vestric et Candiac qu'il viendra inaugurer officiellement en 1910, ayant eu la bonne idée entre temps de se faire nommer Ministre des Beaux-Arts de la IIIe République. Il finira Président du Conseil, puis du Sénat, puis Président de la République en 1924.

La ville de Québec à la suite de cette souscription nationale pour la statue de Vestric et Candiac, fera copier cette statue qui se trouve aujourd'hui sur les allées de la ville de Québec non loin des plaines d'Abraham où moururent le Marquis et le Général Wolfe.

Gaston Doumergue a fait don de sa maison natale et de tout son mobilier à la commune d'Aigues-Vives. Celle-ci vient d'être labellisée cette année «  Maison des Illustres » par le Ministère de la Culture.

Itinéraire québécois en Petite Camargue
Un patrimoine bâti important subsiste sur la commune de Vestric et Candiac
et communes voisines.


L'hôtel particulier de Montpellier (Hérault)
Situé rue de l'Ancien Courrier, l'hôtel Montcalm aujourd'hui conservé vit le départ définitif du Marquis pour le Canada le 6 février 1756. Sa mère y résida après sa mort car elle laissa sa belle-fille au château de Candiac.

Il présente une cour intérieure de style classique avec arcs en anse de panier et arc surbaissés supportant l'escalier ajouré à larges volées. Une belle balustrade de pierre orne l'une d'entre elles donnant sur la cour. Deux balcons de pierre à décor classique viennent agrémenter la cour. Un premier escalier aux marches arrondies permet l'accès en Rez-de-Chaussée.

Une plaque commémorative concernant le départ du Marquis au Canada est apposée sur l'un des murs de la cour.

En octobre 1989 Serge Martin industriel canadien l'acquit pour en faire un pied à terre pour touristes et hommes d'affaires canadiens.

N.D. de Vauvert (Gard)
L'église paroissiale de Vauvert conserve toujours la fresque et les fonds baptismaux sur lesquels le Marquis fut baptisé.

Le Quartier Montcalm à Vauvert (Gard)
La ville comprend tout un quartier au Sud dans les marais en pleine Camargue qui s'appelle Montcalm. On peut s'y rendre par une très jolie route depuis l'étang du Scamandre, qui serpente le long des canaux, au milieu des roseaux et des taureaux. Le Domaine de Candiac descendait jusqu'aux étangs de Camargue. Il s'agit de vignes que le Marquis avaient créées sur cette partie inculte de ses terres.

Rachetés par la célèbre famille Noilly-Pratt, ces terroirs viticoles sont devenus un domaine avec un château aujourd'hui en ruine construit par cette famille. Devenu un hameau de Vauvert, ce quartier porte toujours le nom du Marquis.

Port militaire de Toulon : La Frégate Montcalm
Port militaire de Toulon : La Frégate Montcalm
Crédit photo : Mairie de Vestric et Candiac

Nîmes (Gard)
La ville marraine de la frégate Montcalm a inauguré une place du nom du Marquis située non loin de la porte romaine à l'Ouest des arènes. De grands palmiers lui donnent un petit air exotique.

 

L'église de Vestric consacrée à Notre-Dame-de-la-Purification
L'église de Vestric consacrée à Notre-Dame-de-la-Purification
Crédit photo : Pays Vidourle-Camargue

L'Eglise de Vestric et Candiac
 
Rebâtie après la guerre de 100 ans, l'actuelle église date de 1559. Simple et modeste, elle présente un autel et un tabernacle du XVIIIe s. ainsi qu'une crosse de procession de la même époque qui méritent le détour. Elle est consacrée sous le nom de N.D. de la Purification.

Sa toiture simple à double pan se termine à l'ouest par un petit clocher ajouré portant une seule cloche et surmonté d'une croix. L'ensemble est d'une grande sobriété.

  La particularité de l'église de Vestric est qu'elle renferme la tombe de la femme du Marquis Louis-Joseph de Montcalm, Angélique Louise Talon du Boulay, qui survécut près de 30 ans à son mari enterré à Québec. Elle décéda le 1er Mars 1788, âgée de 80 ans. Elle était la nièce de l'intendant général de la Nouvelle-France (Amérique du Nord), Jean TALON, nommé par Colbert.

Le monument à Montcalm près d'un château à Vestric ayant déjà appartenu à Montcalm
Le monument à Montcalm près d'un château à Vestric ayant déjà appartenu à Montcalm
Crédit photo : Pays Vidourle-Camargue

La Statue du Marquis, place Montcalm, à Vestric et Candiac
 
Inaugurée en 1910 par le Ministre des Beaux-Arts Gaston Doumergue, elle fut réalisée par le sculpteur Nîmois Léopold Morice ami de Gaston Bouzanquet, propriétaire du Mas de Saint Véran à Vestric et Candiac, initiateur du projet. Elle représente Montcalm glorieusement emporté par la mort l'épée à la main. La copie de cette statue se trouve à Québec. Elle fut financée par une souscription en France.

Le château de Montcalm à Candiac
Le château de Montcalm à Candiac
Crédit photo : Pays Vidourle-Camargue

Le château de Candiac

Situé au Sud du village, il date du XVIIe siècle et fut construit par les ancêtres du Marquis. De facture classique, il est aujourd'hui un lycée consacré aux métiers du cheval. Il a gardé un bel environnement grâce à la création par les communes limitrophes de Vestric et Candiac et Vauvert d'une zone AVAP (Aire de mise en valeur de l'Architecture et du Patrimoine) qui protège son environnement. Il est inscrit et protégé au titre des Monuments Historiques. Maison natale du Marquis, ce château avait de nombreuses dépendances sur la commune (moulins, fermes…)

Le mas de Saint-Véran  à Vestric et Candiac
 

Les cuves armoriées du mas de Saint Véran
Les cuves armoriées du mas de Saint Véran
Crédit photo : Pays Vidourle-Camargue

Ne pas le confondre avec le château de Saint Véran dans l'Aveyron, berceau de la famille de Montcalm avant l'arrivée de la famille en Camargue.

Ce mas viticole créé au XIXe s. par les descendants du Marquis se trouve sur le territoire original des vignes et du Bois de Saint Véran qui appartenaient au Marquis. Conservé dans son allure d'origine, il est toujours aujourd'hui un mas viticole classé en A O C (Appellation d'Origine Contrôlée) Costières de Nîmes et il fait la Cuvée du Marquis.

Il présente dans son caveau sur ses cuves l'Armorial des régiments du Général de Montcalm ainsi que ses drapeaux, ce qui fait de ce caveau un lieu original pour la visite. La Famille Gaufrès, actuelle propriétaire, l'a mis en vente.

La Stèle du Marquis, place Montcalm, à Vestric et Candiac
En cours de réalisation, elle a été inaugurée le 3 mars 2012 par le Délégué Général du Québec M. Robitaille. Une plaque a été posée par l'association France-Québec en présence de l'association Gard-Québec pour commémorer le tricentenaire de la naissance du Marquis. Cette plaque, provisoirement posée dans l'église, doit être rapportée sur une stèle de pierre en cours d'exécution qui sera placée sur la place Montcalm à proximité de la statue.

A Aigues-Vives. Maison natale du Président Gaston Doumergue
Située à moins de 10 km de Vestric et Candiac, cette maison retrace la carrière du Président. Les photos, archives et documents de la période du traité de commerce franco-québécois, de l'inauguration de la statue du Marquis, les journaux conservés de l'époque, les meubles et 200 objets  y compris les cadeaux présidentiels font de cette maison un lieu touristique. Celui-ci vient d'obtenir le label Maison des Illustres du Ministère de la Culture. Elle va faire l'objet de travaux d'envergure pour augmenter l'accueil du public notamment les scolaires. Compte tenu du rôle important joué par le Président dans le rapprochement franco-québécois et des archives contenues sur cela, cette maison est digne de faire partie des éléments à visiter sur un itinéraire québécois en Camargue.


N. B. Toutes les communes sont sises sur le Pays sauf l'Hôtel de Montpellier, à 25 km de Nîmes.
Écouter aussi une entrevue avec l'auteure sur Radio Alliance Plus

champlain vague