A- A A+
samedi 23 octobre 2021

Commission de la mémoire franco-québécoise

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Les soldats de Napoléon 1er décorés de la médaille de Saint-Hélène au Canada

Le parlementarisme féminin en France et au Québec: où en sommes-nous?

memoires vives

Contribution de BAnQ à l’occasion du
400e anniversaire de la ville de Québec
et du XIIe Sommet de la Francophonie

 

par Gilles Durand

 

Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) apporte à la Francophonie une contribution marquée, riche et diversifiée à l’occasion du 400e anniversaire de la fondation de Québec et de la tenue du XIIe Sommet de la Francophonie.

Une Grande Bibliothèque numérique francophone


Depuis la création, en février 2006, du Réseau francophone des bibliothèques nationales numériques, BAnQ se préparait à jouer un rôle important. Le Réseau regroupait au point de départ le Québec, le Canada, la France, la Belgique, le Luxembourg et la Suisse, avant d’être étendu subséquemment à plusieurs grandes institutions documentaires des pays francophones du Sud. Les membres avaient alors convenu de placer au rang de leurs grandes priorités le renforcement de la présence du français sur Internet, tout en préservant et diffusant le patrimoine documentaire de la Francophonie, un patrimoine souvent peu accessible, parfois menacé et à l’occasion dispersé entre le Nord et le Sud.

Le Réseau peut profiter ( http://www.rfbnn.org/ ) d’un engagement généreux de BAnQ qui a accepté de concevoir et de réaliser le portail Internet commun à tous les participants de la Francophonie, de même que du soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) qui est intervenue pour élargir le Réseau aux pays du Sud et qui collabore à la formation à la numérisation..
Ce projet unique de préservation et de diffusion a été lancé à Québec le 18 octobre 2008, lors du XIIe Sommet de la Francophonie. Au fur et à mesure des ressources investies par les bibliothèques membres, le grand public, les professeurs, les chercheurs et les étudiants auront accès à une quantité croissante de matériel documentaire en format numérique (journaux, revues, livres, cartes et plans, archives, etc.).

AU SUJET DE L’OIF ( HTTP://WWW.FRANCOPHONIE.ORG/ ) ET DU SOMMET : Prenant naissance en 1970 sous le nom d’Agence de coopération culturelle et technique, devenue en 1995 l’Agence de la Francophonie 1970, l’OIF réunit actuellement 56 États et gouvernements membres, 14 observateurs ayant une langue commune en partage, le français. Elle est chapeautée par le Sommet, conférence biennale des chefs d’État et de gouvernement, par la Conférence ministérielle annuelle des ministres des Affaires étrangères ou responsables de la Francophonie, de même que par le Conseil permanent de la Francophonie, présidé par le Secrétaire général de la Francophonie et composé des chefs d’État et de gouvernement.

 

Un site Web enrichi : Les Relations France-Québec depuis 1760


Les Relations France-Québec depuis 1760 forment un site Internet (http://services.banq.qc.ca/sdx/rfq/static.xsp?page=accueil ) revu et enrichi à l’occasion du 400e anniversaire de la fondation de la ville de Québec. Le site comprend une base de données de nature bibliographique sur la poursuite des échanges entre l’Hexagone et le Québec après la conquête anglaise de 1760, accompagnée d’informations contextuelles.


Le projet avait été lancé en 1993 par le Centre de recherche Lionel-Groulx auquel se sont jointes à compter de 1995 BAnQ et la Bibliothèque nationale de France (BNF), de même que 13 scientifiques québécois et français. À partir de 2006, BAnQ et la BNF poursuivent seules la mission d’inventaire d’origine.


Les internautes sont invités à redécouvrir des échanges, entre le Québec et sa mère patrie, de nature, politique, économique, sociale, culturelle et intellectuelle, qui atteignent leur maturité au cours des années 1960 et qui servent de fondement à une histoire qui continue de s’écrire. Ils trouveront :

  • une chronique des principaux événements, accompagnée de commentaires pour les faits les plus marquants ou typiques de ceux qui se reproduisent périodiquement, telles les expositions universelles,
  • de même qu’un inventaire, sous forme de base de données, donnant accès à des dizaines de milliers de documents de toute catégorie, tels des livres, articles de périodiques, mémoires et thèses, cartes géographiques, documents d’archives, etc.

 

Exposition La traversée des manuscrits


Fruit de la collaboration entre les Archives départementales de la Charente-Maritime, France et BAnQ, l’exposition forme un projet inédit mettant en valeur des contrats d’engagement des 17e et 18e siècles conservés aux Archives départementales. Parfois seuls témoignages des pionniers français qui ont quitté les rivages français pour l’Amérique, les contrats, pour la plupart notariés, sont accompagnés de notices descriptives, de transcriptions et de repères chronologiques.


Visiter l’exposition, c’est se familiariser avec un système retenu pour le peuplement de la Nouvelle-France, les engagements par contrat. Des artisans, domestiques et paysans s’engageaient envers des seigneurs, marchands, congrégations religieuses à se rendre au Nouveau Monde et à y travailler durant trois ans, moyennant transport par bateau, nourriture, salaire et possibilité, en bout de piste, de s’établir sur une terre ou de revenir dans la mère patrie. Même si la grande majorité a choisi la dernière option au terme du contrat, le système n’en demeure pas moins important, plus de 15 000 engagés ayant traversé l’Atlantique avant 1690, représentant entre 15% et 20% de l’émigration française.


L’exposition (http://www.banq.qc.ca/portal/dt/activites/expositions/expositions.jsp ) est en montre jusqu’au 15 février 2009 au Centre d’archives de Québec de BAnQ (http://www.banq.qc.ca/portal/dt/a_propos_banq/renseignements_generaux/centres_archives/centres_archives.jsp ).

 

Exposition L’État et le citoyen : du Régime français à la Révolution tranquille


Réalisée par BAnQ, l’exposition retrace, au moyen de documents d’archives, l’évolution de l’administration publique québécoise. Elle permet aux Québécois de revivre leur histoire, depuis l’époque où la colonie était structurée sur le modèle d’une province française avec gouverneur, intendant et Conseil souverain, jusqu’à la période actuelle, caractérisée par un personnel nombreux dans les différents ministères et organismes gouvernementaux. Les visiteurs pourront y voir les manifestations des décisions du pouvoir politique et de l’administration publique québécoise dans la vie des citoyens.


L’exposition (http://www.banq.qc.ca/portal/dt/activites/expositions/expositions.jsp ) est en montre jusqu’au 15 février 2009 au Centre d’archives de Québec de BAnQ (http://www.banq.qc.ca/portal/dt/a_propos_banq/renseignements_generaux/centres_archives/centres_archives.jsp ).

champlain vague