A- A A+
lundi 18 octobre 2021

Commission de la mémoire franco-québécoise

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Les soldats de Napoléon 1er décorés de la médaille de Saint-Hélène au Canada

Le parlementarisme féminin en France et au Québec: où en sommes-nous?

memoires vives

Le souvenir de Montcalm à l’occasion
du 250e anniversaire de sa mort

 

par Gilles Durand

 

Charles William Jefferys
Montcalm à la tête de ses
troupes sur les plaines
d'Abraham.
Aquarelle de Charles William
Jefferys
.
Crédit : Wikipedia,
l’Encyclopédie libre

La commémoration de la mort de Montcalm et de la guerre de Sept Ans est l’occasion pour la Commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs (CFQLMC) de rappeler le lien étroit et ancien qui relie le Québec à la France, une chaîne que l’histoire et les événements n’ont jamais pu rompre.


Du côté québécois


De ce côté-ci de l’Atlantique, la CFQLMC s’est impliquée dans le rappel de la relation franco-québécoise par l’intermédiaire de son président du comité Commémoration, généalogie et toponymie, Marcel Fournier. Celui-ci a su s’entourer d’appuis et de collaborateurs compétents et efficaces pour mettre sur pied le projet Montcalm, un projet destiné à raviver le souvenir des quelque 7 500 combattants français venus en Amérique pour défendre la Nouvelle-France. Le projet a donné naissance à une publication Combattre pour la France en Amérique, un point fort des événements commémoratifs de 2009. L’ouvrage renferme une courte biographie de chacun des soldats de terre. En plus d’éclairer le contexte de la guerre de Sept Ans par des contributions de spécialistes, il met sur la piste, celle des archives, pour retracer d’autres soldats appartenant cette fois aux troupes de la Marine. L’initiative de Marcel Fournier a été soulignée par le Service historique de la Défense en lui remettant la médaille d’honneur. Historiens et généalogistes ont à leur portée des données sur leurs ancêtres venus de France ou bien encore des clés pour se rattacher à ceux-ci dans le cas où la recherche est encore en friche. La CFQLMC a apporté son soutien non seulement à l’ouvrage, mais aussi à d’autres activités, tel le colloque sur la guerre de Sept Ans préparé par la Commission des champs de bataille nationaux en collaboration avec la Société généalogique canadienne-française et le Musée de la civilisation.


Du côté français


De l’autre côté de l’Atlantique, la CFQLMC – par le biais de sa section France – a reconnu l’engagement et la qualité de l’implication de ses partenaires. Elle s’est associée à la journée d’études organisée au château de Vincennes par le Service historique de la Défense, la Délégation générale du Québec et la Fédération française de généalogie, le 1er octobre 2009. Les mêmes thèmes que ceux développés au colloque de Québec ont été repris, mais cette fois devant un auditoire français. D’autres partenaires ont aussi tenu à remettre à l’ordre du jour la mémoire commune de Montcalm. La commune Vestric-et-Candiac a commémoré le 250e anniversaire de la mort du général par une journée spéciale : conférence par Marcel Fournier sur les soldats de la guerre de Sept Ans en Nouvelle-France, dépôt d’une gerbe de fleurs au pied du monument Montcalm, visite du château de Candiac où celui-ci est né, etc. De son côté, le samedi 3 octobre 2009, la Ville de Brest a tenu une cérémonie commémorative pour souligner le départ de quelque 7 800 soldats et marins vers la Nouvelle-France. À cette occasion, elle a dévoilé une plaque réalisée à l’initiative de la Société généalogique canadienne-française avec le soutien de la Ville de Brest et du Souvenir français. Le Service historique de la défense a également organisé une exposition à Brest, intitulée Brest et le Québec, la guerre de 7 ans en Nouvelle-France (1756-1763), en montre jusqu’au 15 décembre 2009.

champlain vague