A- A A+
samedi 23 octobre 2021

Commission de la mémoire franco-québécoise

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Les soldats de Napoléon 1er décorés de la médaille de Saint-Hélène au Canada

Le parlementarisme féminin en France et au Québec: où en sommes-nous?

memoires vives

Les Journées du Patrimoine (17 – 18 septembre 2011)
sur le lieu de mémoire de Marie Guyard – de l’Incarnation à Tours :
« un cru exceptionnel » !

par Françoise Deroy-Pineau, avec la collaboration de Sylvie Grangeon, Geneviève Lansac, Marie-Anne Pottier.

 

Concertation à la chapelle
Le concert à l'ermittage Saint-Joseph
Crédit : soeur Marie-Bénédicte, osu.

Une concertation entre le Conservatoire de musique de Tours, les sœurs ursulines et l’association qui gère la Chapelle Saint-Michel, lieu de mémoire de Marie de l’Incarnation (Touraine-Canada) a produit cette année des animations coordonnées lors des Journées du Patrimoine sur le site occupé au XVIIe siècle par le monastère des ursulines. Ce lieu, malgré les tribulations de l’Histoire, a été au cours du temps essentiellement consacré à l’éducation des filles de tous les milieux sociaux, notamment à l’enseignement de la musique.

Dès 11h le dimanche 18, une trentaine de personnes étaient présentes à l’Ermitage Saint-Joseph pour écouter le chant grégorien (plain-chant et motets français des XVIIe et XVIIIe siècles) et suivre une procession reconstituée conduite par des élèves du Conservatoire jusqu’à la chapelle Saint-Michel déjà remplie de personnes venues écouter un concert de musique baroque. Le samedi 17, il y avait autant de monde pour suivre les répétitions, visiter les lieux et, souvent, découvrir Marie Guyard de l’Incarnation, pionnière de la Nouvelle-France.

Des concerts se sont succédés le dimanche après-midi. A chaque séance, presque cent personnes ont écouté dans la chapelle Saint-Michel et par la porte ouverte. A l’intérieur de la chapelle, on pouvait entendre, avant et après les interprétations musicales, des commentaires sur Marie de l’Incarnation. Le tout a été si apprécié qu’on parle du passage d’environ 2000 visiteurs sur le site. En fait, personne n’a pu compter avec exactitude tant la foule se pressait aux portes de la Chapelle Saint-Michel, à la Petite Bourdaisière voisine (actuelle propriété des Ursulines) et sur l’ensemble du site occupé par le Conservatoire, jusqu’au petit Ermitage Saint-Joseph (ancêtre, selon certains, de l’Oratoire Saint-Joseph de Montréal), à l’autre bout du terrain de plus d’un hectare.

Marie-Anne Pottier, la chef de chœur qui coordonnait tous les concerts, a rendu hommage à Marie de l'Incarnation en disant combien son influence avait été positive sur l'éducation des filles car la femme d’affaire de Tours devenue ursuline et fondatrice à Québec souhaitait non seulement leur apprendre la lecture et l'écriture mais aussi tous les arts dont la musique. Le monastère métamorphosé en collège laïc et républicain a continué cette éducation. A l'Ermitage, les guides bénévoles ont pu remarquer d’anciennes élèves du collège, revenues les 17 et 18 septembre en savoir plus sur une histoire qui les intriguait mais qu'elles ignoraient totalement la plupart du temps.

Conclusion : un cru exceptionnel pour ces Journées du Patrimoine 2011 sur le lieu de mémoire de Marie Guyard de l’Incarnation, grâce à la concertation entre les responsables du site et au dynamisme du département de musique ancienne du Conservatoire. Un franc succès : Vive les Journées du Patrimoine qui font revivre les lieux de mémoire !

champlain vague