A- A A+
samedi 23 octobre 2021

Commission de la mémoire franco-québécoise

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Les soldats de Napoléon 1er décorés de la médaille de Saint-Hélène au Canada

Le parlementarisme féminin en France et au Québec: où en sommes-nous?

memoires vives

Plaque commémorative à la mémoire de Guillaume Cartier
Drain, Maine et Loire

par Marie-Thérèse GALLARD


Dès neuf heures du matin, le mardi 13 septembre 2011, huit adhérents de Loire-Mauges-Québec, d’une part et 26 Québécois descendants de Guillaume Cartier, d’autre part, arrivent à la Mairie de Drain afin de rendre hommage à l’ancêtre-pionnier, Guillaume Cartier.

Son histoire n’est pas banale puisque sa descendance se retrouve à la fois en France (dans les Mauges entre autres),  au Québec et aux Etats-Unis. En effet, Guillaume (Quartier à son baptême) naît le 19 février 1647 à Drain, fils de Julien et de Françoise Bourdain. En 1680, il épouse Perrine Morineau, à la Chapelle-Basse-Mer (Loire-Atlantique). Celle-ci lui donne un fils, Louis (dont descendance en France) mais elle décède rapidement. Après son veuvage, Guillaume laisse son petit enfant aux soins de sa famille et s’embarque pour la Nouvelle-France. Meunier, il est cité là-bas pour la première fois en 1684 et c’est le 18 janvier 1685 qu’il se remarie à Neuville avec Marie-Etiennette Garnier. Sept enfants nés au Québec de cette union assurent sa descendance au Québec et aux Etats-Unis. Beaucoup, à l’heure actuelle, font partie de l’Association des Cartier d’Amérique*, membre de la Fédération des familles souches.

Plaque commémorative
Plaque commémorative
Crédit : Marc Jouis
et Marie-Thérèse Gallard

Madame Marie-Thérèse Croix, maire de Drain, a convié trois associations ayant trait au Québec et à la généalogie. Par ce matin pluvieux, Madame le Maire accueille tous ses invités, offrant thé, café, jus de fruits, gâteaux, et présente sa ville… tandis que certains s’empressent derrière la Mairie afin de fixer et… de recouvrir de drapeaux français et québécois la plaque commémorative qui va être inaugurée.

Vient l’heure solennelle… La pluie s’arrête momentanément… Les maires ou leurs représentants du canton de Champtoceaux sont présents. La fanfare de Drain ouvre le ban. Madame Croix, dans son discours de bienvenue, parle bien entendu de Guillaume Cartier, de ses descendants et précise que le ravissant square sans nom derrière la Mairie, prendra désormais le nom de Square Guillaume Cartier. Le responsable des Cartier, Monsieur  Lucien  Cartier, n’ayant pas préparé de discours, y répond très simplement et s’ensuit alors la découverte de la plaque. Fanfare, applaudissements, échange de cadeaux..., tout s’enchaîne parfaitement. L’émotion est patente parmi les Québécois.

Madame Croix donne alors la parole aux représentants des associations invitées. La Présidente de Loire-Mauges-Québec, Thérèse Bretécher,  lui offre une coupelle avec le logo de l’association. M. Cartier reçoit également la même coupelle ainsi que le volume 10 de la série Ces villes et villages de France, berceau de l’Amérique française, consacré au Pays de Loire. Enfin, Marie-Christine Guinoiseau qui fut l’intermédaire entre Drain, les Cartier et l’association,  remet à Madame le Maire un exemplaire de la Revue France Québec. Marie-Thérèse Gallard, adhérente de la Commission des Lieux de Mémoire et de Loire-Mauges-Québec, à la demande de Thérèse Bretécher,  improvise la présentation de France-Québec et l’importance de son réseau national, l’histoire du livre qui vient d’être remis (rédigé par des bénévoles, sous l’égide de Monsieur Rouleau Président de Maine-Québec),   et indique les fêtes prévues à l’occasion du cinquantenaire de la Délégation Générale du Québec à Paris, dont un colloque le 4 octobre suivant. L’association des Cartier, en retour, offre un sac aux couleurs du drapeau québécois, contenant entre autres, un drapeau fleurdelisé et un magnifique « fléché » réalisé aux couleurs des armoiries des Cartier, armoiries qu’arboraient, d’ailleurs,  fièrement sur leurs tee-shirts les descendants dudit Guillaume !

La fanfare ferme le ban et indique le départ vers le Domaine des Galloires. Visite et explications détaillées par les propriétaires… nous sommes en pleine période de vendanges. L’accueil remarquable nous permet de déguster divers cépages angevins accompagnés de toasts très fins. Mais, il n’est point de bonne compagnie qui ne se quitte…

Toutefois, les huit adhérents de Loire-Mauges-Québec, à l’improviste, furent conviés à se joindre au « dîner » prévu par les voyageurs « Cartier ». Leurs confidences convergeaient : « c’était une réception extraordinaire, merveilleuse, conviviale, mais on ne s’attendait vraiment pas à tout cela »…

Un regret : si la douceur angevine célébrée par Du Bellay (Liré, sa patrie, est toute proche de Drain) était au rendez-vous, la pluie n’a pas permis à nos voyageurs d’Outre-Atlantique d’admirer à sa juste valeur  la beauté des paysages ligériens. Mais ils reviendront peut-être au pays de Guillaume Cartier ! En effet, l’adage ne dit-il pas : « A Drain, on y est bien, à Drain on y revient » !

*Les lecteurs peuvent consulter le site de la Fédération des familles souches du Québec et plus particulièrement la page de l’Association des Cartier d’Amérique. Ils peuvent également consulter le site de généalogie.

Contactez-nous

champlain vague